C'est-Rare-Film

Journal de Rivesaltes

Jeune homme film suisse

« Journal de Rivesaltes 1941-1942 » de Jacqueline Veuve - Suisse, 1997 - 75 min, VO.fr

Durant la dernière guerre mondiale, Friedel Bohny-Reiter, infirmière de la Croix-Rouge Suisse, Secours aux Enfants, travailla dans le camp d'hébergement de Rivesaltes. Ce camp, comme beaucoup d'autres en France, regroupait les populations juives, tziganes et espagnoles résidantes ou réfugiées en zone libre. Grâce à cette jeune Bâloise, de nombreux enfants furent sauvés d'une mort certaine à Auschwitz. Le film suit l'itinéraire de Friedel Bohny-Reiter à travers le journal qu'elle a écrit pendant ces années noires, mais aussi à travers l'interview des personnes sauvées.
Lundi 14 fevrier à 17h30 au Centre Rabelais en présence de Jacqueline Veuve – entrée libre (collecte)

Jacqueline Veuve

Jacqueline Veuve a suivi des études de bibliothécaire documentaliste, de cinéma et d’anthropologie en Suisse et en France. En 1955, elle collabore avec Jean Rouch au Musée de l'Homme à Paris et avec Richard Leacock au Massachusetts Institute of Technology. Elle co-réalise son premier court métrage « Le panier à viande » en 1966 avec Yves Yersin (dont on se souvient du film « Les petites fugues » qui a fait l’ouverture l’an dernier, en présence de Frédéric Maire, directeur de la cinémathèque suisse). Sa carrière est lancée.

Son premier long métrage, «La mort du grand-père ou Le sommeil du juste», est sélectionné au Festival de Locarno en 1978. Elle réalise alors de nombreux documentaires ainsi que deux fictions dont : «Parti sans laisser d'adresse» (présenté à Cannes et primé plusieurs fois), et «L'Évanouie». Jacqueline Veuve a réalisé une soixantaine films, en Suisse – en France ou aux Etats-Unis, le dernier « C’était hier » en 2010.

Elle brosse sans nostalgie le portrait d’un pays, la Suisse, à travers son armée, ses paysans, ses vignerons, l'armée du salut, ses artisans, et bien sûr les femmes. Non seulement, elle s'impose comme l'une des plus importantes cinéastes documentaires suisses mais elle donne une chance à la nouvelle génération de réalisateurs suisses, dont Dominique de Rivaz (« Luftbusiness », 2ème édition), Lionel Baier (« Un autre homme », 2ème édition), Fernand Melgar (« La Forteresse ») pour n’en citer que quelques uns.

Plus d’infos : www.jacquelineveuve.ch


4 ème semaine de Cinéma Suisse